L’impact des réductions d’impôt sur l’économie américaine
dans Subventions et Impots

L’impact des réductions d’impôt sur l’économie américaine

Il y a beaucoup de mauvaises informations qui circulent sur l’effet des réductions d’impôt sur l’économie. Alors oui, les règles changeront probablement dix fois avant d’être adoptées, ce qui veut dire que cet article ne considèrera que celles qui sont entrées en vigueur. Cet article porte sur les répercussions générales d’une réduction d’impôt.

La question clé est de savoir si les réductions d’impôt créeront des emplois. La question qui revient toujours est de savoir si l’impôt des sociétés diminuera le chômage. La réponse à cette question n’est pas aussi claire qu’on pourrait le croire et dépend fortement de la situation financière actuelle des USA.

Incidence de la réduction de l’impôt sur les sociétés (IS)

Imaginez un instant que les USA réduisent l’impôt sur le revenu des sociétés de 10%. Il en résultera une augmentation du bénéfice des sociétés après impôts de 10 %. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Non, cela ne signifie pas que la plupart des employeurs embaucheront des employés pour un profit supplémentaire de 10 %. Ce dernier se fera automatiquement, sans main d’œuvre supplémentaire.

Que font les entreprises des bénéfices ?

Les entreprises ont 3 choix pour « utiliser » leurs profits. Chacun a des impacts économiques différents :

  • Réinvestir l’argent dans l’entreprise via la R&D, l’acquisition de matériel, etc. Il s’agit des dépenses les plus susceptibles d’entraîner une augmentation de l’embauche dans une entreprise donnée. Plus de R&D signifie une consommation accrue payée à d’autres entreprises qui doivent embaucher quelqu’un pour produire les matières premières, par exemple. L’accroissement de la R&D se traduit par des produits novateurs potentiels et l’augmentation du personnel qui en découle pour soutenir ces produits. Augmenter les opérations signifie simplement plus d’installations ou de personnes pour produire. Les deux sont directement liés à l’embauche d’un plus grand nombre d’employés dans l’économie, mais peut-être après une certaine période de latence.
  • Rendre l’argent aux actionnaires par le biais de rachats d’actions ou de dividendes. Les deux fournissent de l’argent aux actionnaires. L’un le donne aux actionnaires auprès desquels il achète des actions, l’autre le répartit entre tous les détenteurs en rémunération de leur prise de risque. Mais dans les deux cas, c’est quelqu’un de l’extérieur de l’entreprise qui reçoit l’argent. Ce qu’ils font de cet argent détermine si cela mène à l’embauche.
  • La dernière option consiste pour l’entreprise à laisser l’argent à la banque sous forme de réserves de liquidités ou à le placer, ce qui nous renvoie à l’investissement. Cela peut aussi entraîner l’embauche. La banque prendra une partie de cet argent et le prêtera à d’autres personnes. Ce prêt entraînera, du moins en théorie, une augmentation des investissements ou de la consommation ailleurs dans l’économie.

Réduction de l’impôt et la question de l’équité

Dans le contexte fiscal actuel, on parle beaucoup des réductions d’impôt des sociétés et de l’équité. Ce qu’il faut se rappeler, c’est qu’une société par actions n’est qu’une entité transparente pour les actionnaires. Ainsi, tout profit pour une société qui n’est pas réinvesti, détenu ou utilisé pour racheter des actions est imposé deux fois. Une fois pour la société directement et une fois pour les gains en capital des actionnaires, ce qui soulève une question d’équité de l’autorité fiscale américaine.